Vous êtes ici : Accueil > Images du travail, T... > n°1. Quand les group... > Un oeil une image > Capturer l’essaim

Capturer l’essaim

frPublié en ligne le 15 décembre 2015

Par Guy Hersant

1Cette photographie prise à Kano (Nigeria) en décembre 1999 est emblématique des séries de portraits collectifs de travailleurs que j’ai construites par la suite en France ou en Afrique. Contrairement au dispositif habituel pour ce travail, il n’y a pas eu de repérage. Le Chef du personnel (en blanc au centre) avait jugé que ce n’était pas nécessaire, m’indiquant le moment du changement des équipes à la mi-journée comme étant le seul possible. Lorsque je suis revenu à l’usine au rendez-vous fixé, il m’a conduit dans la longue allée dans laquelle se croisaient déjà précipitamment les équipes du matin et celles de l’après-midi. Aucun espace suffisant pour organiser un groupe n’apparaissait et j’ai ressenti un moment de désarroi voyant s’amenuiser rapidement le flot des ouvriers quittant ou se rendant dans les ateliers. En avançant dans l’allée, j’ai vu sur ma gauche une citerne en acier, j’y ai juché la chambre photographique et son trépied, puis l’ai escaladée, interpellant les ouvriers et les invitant à se disposer en ligne devant l’appareil.

2De cet endroit le décor était idéal avec la belle perspective des toits à droite et les derniers ouvriers accourant dans l’allée ; en arrière-plan le réservoir d’eau et les bâtiments, et devant, presque au centre, frontal, le mur en briques rouges. Le Chef du personnel m’a aidé à réunir son monde. L’inattendu a créé la joie et la photographie s’est organisée naturellement, au plus vite. Je n’ai eu que le temps de quelques déclenchements avant que l’essaim se disperse et se fonde dans l’ombre des ateliers ou au plein soleil de la sortie. Contrairement à la plupart de mes photographies de groupe de travail, celle-ci ne dit rien de l’activité des hommes qui posent. On m’a souvent dit qu’elle faisait penser à une prison, sans doute à cause des tenues uniformes. Il s’agit de l’usine textile la plus importante du Nigeria employant mille personnes.

D’abord il y a le temps

Tout se met en place
Où l’idée
De la multitude se réduit
Dans un seul instant

Chaque être par sa présence
Est l’Eternité

Sam Cambio
In Please do not move, photographies de Guy Hersant – Filigranes Éditions 2005

Pour citer cet article

Guy Hersant (2015). "Capturer l’essaim". Images du travail Travail des images - Un oeil une image | Images du travail, Travail des images | n°1. Quand les groupes professionnels se mettent en images.

[En ligne] Publié en ligne le 15 décembre 2015.

URL : http://imagesdutravail.edel.univ-poitiers.fr/index.php?id=378

Consulté le 22/10/2017.

A propos des auteurs

Guy Hersant

Guy Hersant est un photographe né en Bretagne en 1949. Il exerce une photographie de portrait et de reportage très personnelle, marquée par la révélation du goût des voyages et d’une passion pour l’Afrique. Il s’intéresse en particulier aux portraits de groupe qui manqueront son œuvre. Il a réalisé de très nombreuses expositions et nombre d’ouvrages, dont certains concernent directement le travail :Tenue(s) de travail, 49 photographies couleur, textes Ginette Francequin et Jean-Pierre Montier, Édition Aditiv, 2010Pose travail, 105 photographies couleur, textes Dominique Le Tirant Snoeck éditions - 2013


n°1. Quand les groupes professionnels se mettent en images

L’histoire des groupes professionnels est jalonnée d’images matérielles, planes ou en relief, fixes ou animées, qui témoignent de la manière dont ils se voient eux-mêmes ou souhaitent être vus. Ces images sont nombreuses, quelquefois très anciennes et présentent des finalités et des formes diversifiées : sculptures, vitraux, peintures, gravures, photographies, films, dessins, bandes dessinées, documents numériques... Le matériau est très abondant, il peut paraître écrasant, il est en fait rarement abordé sous cet angle. Que disent les images des groupes professionnels ? Dans quels contextes et avec quelles intentions sont-elles produites ? Que révèlent-elles de la place occupée par les métiers dans le monde social dont ils font partie, de leur position dans la division du travail et dans les échelles de revenu, de pouvoir ou de prestige ? Comment montrent-elles les activités de travail et les pratiques professionnelles ? Le premier numéro de la revue Images du travail, travail des images est consacré aux diverses formes de présentation de soi réalisées ou commanditées soit par des professionnels seuls, soit par des groupements de gens de métier. Dans cette mise en scène, les professionnels se donnent à voir comme les personnages centraux du «drame social du travail », selon la formule de Hughes. Ils sont engagés dans leur rôle, avec leur tenue, leur gestuelle, leurs outils-accessoires et leurs attributs... Ils produisent ainsi une image qui renvoie à des intentions diverses, que ce soit la valorisation des techniques maîtrisées, la mise en avant des savoirs détenus ou encore l’affirmation de compétences spécifiques… Pourquoi les groupes professionnels s’intéressent-ils de longue date à la production des images physiques les représentant ? Dans quels objectifs ? Avec quels effets? Ce dossier thématique vise à apporter des éléments de réponses à ces questions en croisant les points de vue historique et sociologique



Contacts

Université de Poitiers
15 rue de l'Hôtel Dieu
TSA 71117
86073 POITIERS Cedex 9
France

Tél : (33) (0)5 49 45 30 00
Fax : (33) (0)5 49 45 30 50
webmaster@univ-poitiers.fr

Abonnez-vous

Recevez en temps réel les dernières mises à jour de notre site en vous abonnant à un ou à plusieurs de nos flux RSS :

Informations légales

ISSN électronique :

Dernière mise à jour : 30 juin 2017

Crédits & Mentions légales

Edité avec Lodel.

Administration du site (accès réservé)