Condamnation

frPublié en ligne le 28 janvier 2016

Par Anne Kunvari

1Un groupe d’hommes dans une usine observe attentivement une chaine de production. En suivant leur regard, on la découvre très automatisée, visiblement récente. Quelque chose dans la posture désordonnée des hommes indique qu’ils ne sont ni des salariés du lieu ni en formation. Mais alors qui sont-ils et que font-ils dans cette usine ? Comment la caméra y est-elle entrée ?

2Cette image est le fruit d’une effraction pacifique. En 2005, je filmais depuis quelques mois le combat des ouvriers d’une usine lorraine contre sa délocalisation en Pologne. Cela deviendra « Mon boulot, l’Europe et moi ». Lors de cette lutte, les ouvriers français sont allés rencontrer leurs homologues d’une usine allemande du groupe, pour les sensibiliser et faire pression sur la direction.

3Bien-sûr, le portier de l’usine allemande refuse de les laisser entrer. Ils sautent alors les grilles et pénètrent dans l’enceinte de l’établissement. La caméra les suit. Il y a de l’excitation, du sentiment de « petite » victoire et en même temps de l’inquiétude dans cette cavalcade à travers l’usine interdite. Mais, arrivés devant la chaine centrale de production, les ouvriers s’arrêtent, sidérés et admiratifs. En Lorraine, sur leur site, tout est vieux et non automatisé ; ici, ils découvrent un outil de production moderne, dans lequel des investissements ont été régulièrement effectués. Ils apprécient en connaisseurs la qualité de l’installation et en même temps, un sentiment de révolte les submerge. Je crois qu’ils réalisent à ce moment-là, dans la violence de cette découverte, que le groupe a planifié leur fermeture depuis longtemps. Dans leur dos.

4Cette image raconte une trahison.

5Elle rappelle aussi, en creux, la rareté des images librement filmées dans les entreprises. Propriétés privées, celles-ci excluent toute présence non désirée, adoubée, encadrée. Cette politique de maîtrise de leur image s’avère très efficace: elle limite en nombre et contraint fortement les films sur le travail. Elle nous oblige souvent à trouver des subterfuges ou des formes détournées pour raconter l’univers professionnel. Et puis, il y a des moments de grâce, comme lors du tournage de ce film où, à l’occasion d’un conflit qui se transforme en occupation, nous pouvons filmer en toute liberté.  

Pour citer cet article

Anne Kunvari (2016). "Condamnation ". Images du travail Travail des images - Un oeil une image | Images du travail, Travail des images | n°1. Quand les groupes professionnels se mettent en images.

[En ligne] Publié en ligne le 28 janvier 2016.

URL : http://imagesdutravail.edel.univ-poitiers.fr/index.php?id=484

Consulté le 21/08/2017.

A propos des auteurs

Anne Kunvari

Auteur-réalisatrice de films documentaires, Anne Kunvari cherche, à travers les histoires individuelles et singulières, à interroger le fonctionnement des systèmes et à en mettre à jour les logiques profondes. Elle s’est beaucoup intéressée au monde du travail : Bénéfice humain (sur les itinéraires croisés de salariés et de la patronne dans une entreprise d’insertion), Mon boulot, l’Europe et moi (sur le combat d’ouvriers face à la délocalisation de leur usine, France 5), Il était une fois le salariat (sur cent ans d’histoire du salariat, France 5), Il était une fois les patrons (sur cent ans d’histoire des patrons, France 5) et Le travail malade du chômage (sur comment le chômage dégrade le travail, Arte), questionnent ainsi l’économie et l’univers professionnels. Avant d’être cinéaste, elle a participé à la création et dirigé le magazine la rue, entreprise d’insertion.


n°1. Quand les groupes professionnels se mettent en images

L’histoire des groupes professionnels est jalonnée d’images matérielles, planes ou en relief, fixes ou animées, qui témoignent de la manière dont ils se voient eux-mêmes ou souhaitent être vus. Ces images sont nombreuses, quelquefois très anciennes et présentent des finalités et des formes diversifiées : sculptures, vitraux, peintures, gravures, photographies, films, dessins, bandes dessinées, documents numériques... Le matériau est très abondant, il peut paraître écrasant, il est en fait rarement abordé sous cet angle. Que disent les images des groupes professionnels ? Dans quels contextes et avec quelles intentions sont-elles produites ? Que révèlent-elles de la place occupée par les métiers dans le monde social dont ils font partie, de leur position dans la division du travail et dans les échelles de revenu, de pouvoir ou de prestige ? Comment montrent-elles les activités de travail et les pratiques professionnelles ? Le premier numéro de la revue Images du travail, travail des images est consacré aux diverses formes de présentation de soi réalisées ou commanditées soit par des professionnels seuls, soit par des groupements de gens de métier. Dans cette mise en scène, les professionnels se donnent à voir comme les personnages centraux du «drame social du travail », selon la formule de Hughes. Ils sont engagés dans leur rôle, avec leur tenue, leur gestuelle, leurs outils-accessoires et leurs attributs... Ils produisent ainsi une image qui renvoie à des intentions diverses, que ce soit la valorisation des techniques maîtrisées, la mise en avant des savoirs détenus ou encore l’affirmation de compétences spécifiques… Pourquoi les groupes professionnels s’intéressent-ils de longue date à la production des images physiques les représentant ? Dans quels objectifs ? Avec quels effets? Ce dossier thématique vise à apporter des éléments de réponses à ces questions en croisant les points de vue historique et sociologique



Contacts

Université de Poitiers
15 rue de l'Hôtel Dieu
TSA 71117
86073 POITIERS Cedex 9
France

Tél : (33) (0)5 49 45 30 00
Fax : (33) (0)5 49 45 30 50
webmaster@univ-poitiers.fr

Abonnez-vous

Recevez en temps réel les dernières mises à jour de notre site en vous abonnant à un ou à plusieurs de nos flux RSS :

Informations légales

ISSN électronique :

Dernière mise à jour : 30 juin 2017

Crédits & Mentions légales

Edité avec Lodel.

Administration du site (accès réservé)