Petit portrait du télégraphe en traducteur

Par Loïc Riom
Publication en ligne le 13 mars 2020

Texte intégral

Photo 1 : Le télégraphe sur la passerelle de pilotage

Image 10000000000002260000016DDED658D3618C93AB.jpg

Source : Cornelia Hummel

1Pour commencer, le décor : un bateau à vapeur de la flotte Belle Epoque du lac Léman. Ensuite, les acteurs : en haut, sur la passerelle, le capitaine ; en bas, dans la salle des machines, le mécanicien ; entre ces deux mondes, un système de communication mécaniquement actionné par câbles, le télégraphe. Cet attelage d’un genre étrange est, encore aujourd’hui1, la colonne vertébrale du vapeur.

2Les photos permettent de suivre les ramifications de ce dispositif sociotechnique et de rendre compte de son fonctionnement lors des manœuvres. En haut, sur la passerelle, le capitaine actionne la poignée du télégraphe pour indiquer la vitesse désirée sur son cadran (photo 1). En bas, l’aiguille du cadran de la salle des machines se déplace sur la vitesse indiquée (photo 2). Le mécanicien répond alors que l’« ordre » a bien été « reçu » et donne la « quittance » en plaçant sa poignée sur le cadran indiqué. Celle-ci fait pivoter, en retour, l’aiguille rouge du cadran de la passerelle (photo 1 et 2). La façon d’actionner la poignée – d’un mouvement sec ou progressif – renseigne sur la célérité d’exécution de l’ordre attendue par le capitaine. Plus que simplement transmettre une indication écrite, le mécanisme du télégraphe augmente l’information échangée entre le pilotage et la salle des machines.

3Ce double mouvement, d’abord vers le bas, puis vers le haut (à la fois dans l’architecture du bateau, mais également dans sa hiérarchie), permet de « traduire » – terme utilisé par le capitaine – son appréciation visuelle en vitesse effective. Au-delà du sourire que le sociologue ne peut retenir à l’utilisation de ce terme pas complètement étranger à son propre vocabulaire, que permet-il de saisir sur le fonctionnement du travail à bord ? Traduire, c’est attacher solidement des actants ensemble (Latour, 2005) : exactement ce que fait le télégraphe. « C’est comme dans une voiture : en haut, c’est le volant ; ici, ce sont les pédales » explique le mécanicien. Le capitaine n’a absolument aucune prise directe sur la machine à vapeur et donc la vitesse du bateau. Seul le mécanicien peut le faire en réglant la pression distribuée dans les pistons, mais celui-ci n’a aucune visibilité. Pour le capitaine comme pour le mécanicien, il faut donc se faire à l’idée qu’on ne maitrise qu’une partie du fonctionnement du bateau. « C’est une obligation à faire confiance », relève un membre de l’équipage.

4Le télégraphe scelle l’alliance entre les deux parties distinctes du bateau : le pilotage et la machine à vapeur. Chacune a son équipe, ses savoir-faire, ses espaces, ses uniformes, son vocabulaire, ses temporalités, mais leur collaboration est essentielle à la navigation. Le télégraphe permet non seulement leur communication, mais, en bon traducteur, il produit leurs interdépendances.

Photo 2 : Le télégraphe dans la salle des machines

Image 100000000000022600000144AED7B2321B318961.jpg

Source : Irina Radu

Bibliographie

Latour, B. (2005), La science en action, Paris, La Découverte.

Notes

1 Aussi surprenant que cela puisse paraître, le télégraphe est toujours utilisé. Après avoir tenté de le remplacer par un dispositif électronique, la compagnie de navigation est finalement revenue à l’ancien système à la demande du personnel et suite à plusieurs incidents dus à une mauvaise communication entre le pilotage et la salle des machines.

Pour citer ce document

Par Loïc Riom, «Petit portrait du télégraphe en traducteur», Images du travail Travail des images [En ligne], Images du travail, Travail des images, n°8. Filmer, travailler, chercher, Un oeil, une image, mis à jour le : 20/12/2019, URL : https://imagesdutravail.edel.univ-poitiers.fr:443/imagesdutravail/index.php?id=2585.

Quelques mots à propos de :  Loïc Riom

Doctorant au Centre de sociologie de l’innovation et chercheur associé à l’Institut de recherches sociologiques de l’Université de Genève. Ses travaux portent sur la musique, sa diffusion et sa valorisation. Il mène actuellement une thèse sur les secret shows.

Droits d'auteur

This is an Open Access article distributed under the terms of the Creative Commons Attribution License CC BY-NC 3.0 (https://creativecommons.org/licenses/by-nc/3.0/fr/) / Article distribué selon les termes de la licence Creative Commons CC BY-NC.3.0 (https://creativecommons.org/licenses/by-nc/3.0/fr/)